Défiler vers le haut

Creative Commons license Violences et radicalités militantes en France : approche quantitative et qualitative en sciences humaines et sociales - François Audigier [Oct. 8, 2020]

 Summary

Le programme « Vioramil » répond à la thématique de la « radicalisation violente des individus et groupes d’individus » d'un appel de l'ANR en 2015. Des spécialistes d’histoire, sciences politiques, sociologie et info-com ont porté un regard croisé sur le fonctionnement des organisations extrémistes, les processus de radicalisation, la perception médiatique de cette violence et enfin la façon dont les autorités traitent la menace en amont (prévention) et en aval (réponse policière et judiciaire) sur une trentaine d’années en France métropolitaine. Les chercheurs se sont concentrés sur les violences des organisations politiques radicales (des néo-nazis aux black blocs), mouvements indépendantistes, réseaux terroristes  (notamment de type djihadistes), formations sociétales extrémistes (commandos anti-IVG, groupuscules écologistes durs)… Le programme a rassemblé quatre laboratoires, dont deux lorrains (CRULH et CREM) et a reçu l’appui de l’INHESJ (structure dépendant de Matignon et formant à la sécurité globale). Le programme a combiné deux approches: la première, quantitative, a vu l’élaboration d’un corpus statistique inédit répertoriant les violences militantes et hébergé sur une plateforme collaborative (Wicrilorraine), la seconde, qualitative, a vu l’organisation de colloques et journées d’études thématiques. A l’arrivée, les travaux enrichiront les analyses des radicalisations violentes susceptibles d’inspirer les acteurs sociaux et décideurs politiques.

Tags: culture, sciences et societe

 Infos

 Downloads

 Embed/Share

Social Networks

 Options
Check the box to autoplay the video.
Check the box to loop the video.
Check the box to indicate the beginning of playing desired.
 Embed in a web page
 Share the link
qrcode