Défiler vers le haut

Les enjeux de la désinformation : Table ronde Les critiques non scientifiques des sciences – une crise de l'expertise scientifique [Sept. 10, 2021]

 Summary

La journée d’étude « Les enjeux de la désinformation – regards croisés des sciences humaines et sociales et des sciences formelles » était proposée dans le cadre des projets Lorraine Université d’Excellence « Citizen Trust in Digital World » (DigiTrust) et "Open Language and Knowledge for Citizens" (OLKi).

Présentation : Parmi les exigences classiques de la démocratie, on trouve d'un côté la liberté d'expression mais aussi d'un autre côté, la transparence de l'information du point de vue de sa source et de son ambition de refléter le monde aussi fidèlement que possible. Or ces exigences semblent mises à mal avec un ensemble de phénomènes qui, sans être absolument nouveaux, ont été amplifiés par l'internet. Nous vous invitons à une journée qui nous permettra de nous mettre à jour avec les questions les plus récentes relevant de ce champ nécessairement interdisciplinaire. Nous avons décidé d'aborder quatre thématiques distinctes, dont chacune sera analysée par plusieurs personnes représentant chacune une discipline distincte : sciences de communication, informatique, philosophie, et d'autres encore. Une conférence d’ouverture a précédé quatre tables rondes consacrées aux thèmes suivants :   

1. Les critiques non scientifiques des sciences – une crise de l'expertise scientifique
2. Les théories du complot & le rejet de la politique
3. Les atteintes à la démocratie – gouvernance par les chiffres, par les nudges informatiques, par la manipulation sur les réseaux sociaux & la surveillance
4. Les freins à la désinformation numérique

Programme détaillé

Conférence d’ouverture « Exploitation et détournement de contenus scientifiques pour crédibiliser de la désinformation » par Arnaud Mercier (Professeur en sciences de l'information et de la communication, Université Panthéon-Assas, Institut français de presse).

Même les antirationalistes, les complotistes et autres scientifico-sceptiques, qui appellent à se méfier de la science, n'hésitent pourtant pas à mobiliser des contenus scientifiques (graphes, données chiffrées, concepts, extrait de paroles scientifiques...) dès lors qu'ils sont en mesure de les instrumentaliser, de les décontextualiser ou de les détourner pour crédibiliser leur argumentaire. En parallèle à cet hommage du vice à la vertu, où on exploite le pouvoir de persuasion d'énoncés scientifiques dont on dit devoir se méfier par ailleurs, on observe aussi des "mauvaises lectures" de démonstrations académiques pour dénigrer la science ou les scientifiques et les causes qu'ils servent. Que ce soit pour parler du covid-19, du réchauffement climatique, de produits toxiques pour la santé, les manipulateurs de l'information mobilisent souvent la science (ses raisonnements ou ses résultats) pour servir leur agenda et leur idéologie. Cette communication s'emploiera à démonter les mécanismes de manipulation de la science à des fins de désinformation. "

 

Table ronde Les critiques non scientifiques des sciences – une crise de l'expertise scientifique

Chaire : Cyrille Imbert (UL, AHP-PReST)

    – Francois Allard-Huver (UL, CREM)
    – Stéphanie Debray (UL, AHP-PReST)
    – Renaud Evrard (UL, Interpsy)

Table ronde Les théories du complot & le rejet de la politique

Chaire : Arnaud Mercier

    – Michael Henry (auditeur à l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale et à l'Institut des Hautes Etudes de l'Education et de la Formation, et formateur national en prévention et gestion de crise)
    – Nicolas Hubé (UL, CREM)
    – Anna Zielinska (UL, AHP-PReST)

Table ronde Les atteintes à la démocratie

Chaire : Samuel Nowakowski (UL, LORIA)

    – Vincent Berthet (UL, 2LPN)
    – Roger Pouivet (UL, AHP-PReST)
    – Milan Tarhaoui (Paris 1 Pantheon-Sorbonne University et Freie Universität Berlin)

Table ronde Les freins à la désinformation numérique

Chaire : Julien Falgas (UL, CREM)

    – Vincent Claveau (CNRS, IRISA)
    – Anne Cordier (UL, CREM)
    – Divina Frau-Meigs (Université Sorbonne Nouvelle)
    – Sylvie Pierre-Maurice (Université de Strasbourg)
    – Serena Villata (Laboratoire I3S, CNRS, Sophia Antipolis)

La rencontre s’est faite dans le cadre des projets DigiTrust et OLKi de Lorraine Université d'Excellence. Le projet Citizen Trust in the Digital World (DigiTrust) vise à renforcer la confiance du citoyen dans les systèmes numériques autour de la conception de méthodes de sécurité pour tout système physique piloté par des équipements informatiques (usine du futur, hôpitaux, transport, etc.); la sûreté des objets connectés utilisés par les citoyens, de la transparence des algorithmes et la protection de la vie privée sur les réseaux sociaux. Le projet Open Language and Knowledge for citizens (OLKi) participe à la conception de nouveaux algorithmes d'apprentissage automatique dédiés à l'extraction de connaissance à partir des données langagières, en mettant l'accent sur la transparence, le caractère explicable des algorithmes, et la science ouverte et respectueuse de la vie privée. 

 Infos

 Downloads

 Embed/Share

Social Networks

 Options
Check the box to autoplay the video.
Check the box to loop the video.
Check the box to indicate the beginning of playing desired.
 Embed in a web page
 Share the link
qrcode