Défiler vers le haut

Creative Commons license INDICATOR INDICATOR indique sa présence avec Gilbert Coqalane à Kinshasa West Africa

May 14, 2019
Duration: 05:12:56
Number of views 243
Addition in a playlist 1
Number of favorites 0

« Indicator Indicator indique sa présence avec Gilbert Coqalane à Kinshasa West Africa » est une performance dans le cadre de la première exposition personnelle en Lorraine de l’artiste, "ANIMALITÉ / FUTURING" au Préau (ESPÉ de Lorraine, Maxéville) se déroulant lors du vernissage mardi 14 mai 2019, de 15h à 20h30.

Cette performance fait partie intégrante du projet " Structure et des Structures ".

Gilbert Coqalane

gilbertcoqalane@gmail.com

http://www.certifiecoqalane.net

« Indicator Indicator indique sa présence avec Gilbert Coqalane à Kinshasa West Africa » est une performance en milieu fermé dans le cadre de la première exposition personnelle en Lorraine de l’artiste, au Préau (ESPÉ de Lorraine, Maxéville) se déroulant lors du vernissage mardi 14 mai 2019, dès 15 heures.

Elle prend forme par un face à face entre l’artiste et un oiseau naturalisé « Indicator Indicator » pour une durée de plus de 5 heures, l’artiste a pour vêtement un costume cravate et est en position assise face à l’oiseau posé sur une table.

L’artiste répète de façon discontinue le cri « OUIT-AH » pendant plus de 5 heures à l’oiseau.

Ce cri, cette position et cet animal sont pour rappeler l’un des rares exemples de mutualisme entre un Homme et un animal sauvage, qui existe dans les premières datations en 1609 et est encore en vigueur actuellement dans une grande partie de l’Afrique subsaharienne, dans de nombreuses tribus. Ce mutualisme consiste en une collaboration entre un oiseau « Indicateur » appelé aussi « oiseau à Miel », et des humains, l’oiseau par le biais d’une parade vient chercher l’humain qui décide de le suivre, l’oiseau l’emmène jusque à des essaims d’abeilles, l’humain décroche ou creuse l’essaim, récolte le miel et donne une partie du butin (Miel et cire) à l’oiseau.

Cette collaboration permet une récolte plus importante des deux côtés, l’oiseau ayant le rôle de l’indicateur et l’humain le rôle de « Facilitateur ».

Ce mutualisme n’est pas à confondre avec un approvisionnement ou une domestication : hormis ce lien éphémère, il n’existe aucun autre lien avec cet oiseau. L’oiseau quant à lui utilise cette collaboration avec d’autres animaux comme par exemple les Ratels.

Selon les traditions et tribus, chaque groupe d’humains a son cri et son comportement pour être et rester en contact avec l’oiseau qui guide, le cri ainsi répété lors de la performance est celui d’une tribu qui d’après une étude et une thèse d’un anthropologue britannique serait la plus efficace pour une meilleure entente entre les deux protagonistes, ayant pour conséquence une récolte de miel plus importante.

 

Le propos de cette performance est le lien Homme / Animal, l’un des objectifs, fondé sur la durée et la répétition du cri autrement dit de la conversation non réciproque, est de créer un nouveau et autre lien avec l’animal, de jouer des notions de vivant et de mort, de transmissions entre les générations, du temps nécessaire pour acquérir ou perdre des connaissances de son environnement, des liens de plus en plus distendus entre le monde humain et animal, et des liens entre le monde occidental et oriental.

 

Cette performance est dédiée au groupe d’artistes de KIN’ART installé à Kinshasa, des raisons techniques nous empêchant de nous réunir pour le moment.

 

Cette performance aura pour résultat final une captation vidéo intégrale, un reportage photo, ainsi qu’une microédition.

 

Cette performance est en lien et inspirée de la thèse universitaire de Claire Spottiswoode, de l’Université de Cambridge.

 

Informations oiseau naturalisé (Prêt du Museum Aquarium de Nancy) :

Espèce :

Nom scientifique : Indicator indicator, Sparrman, 1777

Nom commun : Grand Indicateur

Inventaire : Numéro d'inventaire : 2014.0.109

Origine :Bonne espérance (Cap)

 

 

STRUCTURE ET DES STRUCTURES

« Structure et des structures » est un projet artistique porté par l’artiste Gilbert Coqalane.

Ce projet regroupant plusieurs séries et travaux émane des premiers travaux sous l’intitulé « Bestialu » débuté en 2011.

Le concept « Bestialu », mot valise de bestioles et aluminium consiste à la création de sculptures bestiaires en taille réelle réalisées sans armature avec pour matériau l’aluminium ménager.
Les sculptures « Bestialus », travaux d’atelier, peuvent être ensuite mises en scène, en situation, en milieu naturel ou urbain.

L’objectif étant de créer narration, poésie, mise en lumière de faune et de la flore et non sans humour avec une matière non académique et de permettre la naissance à un semblant de vie, une projection de vivant avec une imagerie collective synonyme d’industrie, de destruction et de mort.

 

Le projet «  Structure et des structures » explore différents médiums comme par exemple la sculpture, la photographie et vidéo, l’installation et performance.
Ce projet a pour but l’analyse du monde animalier sur différents aspects et caractéristiques comme les cris, l’apparence physique, expressions littéraires ou évènements historiques, comportements pour en fournir une interprétation personnelle.

La continuité de ce projet est visible également par les matières premières utilisées pour la réalisation des œuvres, matières rarement académiques, matières du quotidien voire déchets (aluminium, plastique, verre, bois).

Gilbert Coqalane

gilbertcoqalane@gmail.com

http://www.certifiecoqalane.net

 

Tags: a animallite arts aux coqalane culture de eac education enseignement et formation futuring galerie gilbert inspe interface la le lorraine preau

 Infos