Défiler vers le haut

Creative Commons license L'exil nourrit l'ethnicité : immigrations, intégrations, identités [Dec. 12, 2014]

 Summary

Depuis leur introduction par Vacher de Lapouge en 1896, les notions de « groupe ethnique » et d'« ethnicité » sont devenues incontournables dans les sciences sociales et fournissent les bases intellectuelles à un large éventail de mouvements politiques.
Le but de cette conférence est de repenser l'« ethnicité »  en fonction de l'évolution des théories identitaires constructionnistes d'Anderson, Bayart, Hobsbawm, Abdelhay, etc.

Dans un premier temps, Philip Riley montre que, d’un point de vue historique, loin d'être l'état naturel des « Indigènes » pendant l'époque précoloniale, l' « ethnie »  de l'anthropologie des XIXème et XXème siècles était la création et l'instrument de l'impérialisme et doit être considérée comme faisant partie de « l'invention de la tradition », tout comme les druides, le shamrock, le kilt, Jeanne d'Arc, les Nuba, etc.

Dans un deuxième temps, Philip Riley analyse certaines des retombées actuelles de cette approche en politique d'immigration et intégration et tente de répondre à certaines questions : pourquoi certaines personnes ou certains groupes deviennent-ils plus « ethniques » à l'étranger que dans leurs pays d'origine ? Quelles sont les relations entre « ethnicité » et mondialisation ou entre ethnicité et multilinguisme ? Quelles sont les principales implications théoriques et méthodologiques pour la sociolinguistique ?

 Infos

 Downloads

 Embed/Share

Social Networks

 Options
Check the box to autoplay the video.
Check the box to loop the video.
Check the box to indicate the beginning of playing desired.
 Embed in a web page
 Share the link
qrcode